Facebook ou Twitter : ce que votre choix en matière de réseaux sociaux dit de vous

Home/Actualités/Facebook ou Twitter : ce que votre choix en matière de réseaux sociaux dit de vous

Facebook ou Twitter : ce que votre choix en matière de réseaux sociaux dit de vous

Cet article est une traduction/adaptation française de l’article Facebook or Twitter: What does your choice of social networking site say about you? publié sur le site BPS Research Digest le 2 février 2012 (trad. Kyung-Nan Jaumin).

Les réseaux sociaux ont changé nos vies. En 2011, il y avait 500 millions d’utilisateurs actifs de Facebook et environ 200 millions de comptes Twitter. Comme les utilisateurs le savent, les sites ont des différences importantes. Facebook met davantage l’accent sur qui vous êtes et ceux que vous connaissez. Twitter limite les messages des utilisateurs à 140 caractères et est plus axé sur ce que vous dites que sur ce qui vous êtes. Une nouvelle étude (Hughes, Rowe, Batey, & Lee, 2012) explore si le fait que et la façon dont les gens utilisent ces sites est lié à leur personnalité, et s’il existe des différences entre les personnes qui préfèrent un site par rapport à l’autre.

David Hughes de la Manchester Business School et ses collègues ont interrogé 300 personnes en ligne – la plupart (70 %) d’entre elles étaient d’Europe, d’autres étaient d’Amérique du Nord, d’Asie ou d’ailleurs. Il y avait 207 femmes et les âges variaient entre 18 et 63 ans. Les participants ont répondu à des questions à propos de la manière dont ils utilisaient Facebook et Twitter et du site qu’ils préféraient. Ils ont également répondu à des questions sur leur personnalité concernant les facteurs d’extraversion, de névrosisme, de conscienciosité, d’ouverture à l’expérience et d’agréabilité du test de personnalité connu sous le nom de « Big Five », ainsi que les dimensions de sociabilité et de « besoin de cognition » (ce dernier facteur est lié au besoin des personnes d’être engagées et stimulées intellectuellement).

Le constat le plus flagrant est sans doute que la personnalité n’a en fait permis d’expliquer qu’un faible pourcentage de la variance – moins de 10 % (jusqu’à 20 % en fonction de l’âge) – de la façon dont les participants utilisaient ces sites. Cela suggère que d’autres facteurs qui n’ont pas été explorés dans l’étude, tels que l’intelligence et la motivation, ont une grande influence.

Toutefois, les liens avec la personnalité sont intéressants. Les personnes utilisant principalement Facebook dans un but social ont tendance à obtenir des scores plus élevés en sociabilité et en névrosisme (ce qui est compatible avec les recherches suggérant que les personnes timides utilisent le site pour tisser des liens sociaux et combattre la solitude). L’utilisation sociale de Twitter est corrélée avec une sociabilité et une ouverture à l’expérience plus élevées (mais pas avec le névrosisme) et avec des scores plus faibles en conscienciosité. Ceci suggère que les utilisateurs de Twitter dans un but social ne l’utilisent pas tellement pour combattre la solitude, mais plus comme une forme de procrastination sociale.

Qu’en est-il de l’utilisation de ces sites comme outils d’information ? Il y a une étonnante divergence à ce propos. Les personnes qui ont dit utiliser Facebook comme un outil d’information avaient tendance à avoir des scores plus élevés en névrosisme, en sociabilité, en extraversion et en ouverture à l’expérience, mais inférieurs en conscienciosité et en « besoin de cognition ». Les utilisateurs de Twitter comme source d’information avaient un portrait inverse : ils ont obtenu des scores plus élevés en conscienciosité et en « besoin de cognition », mais des scores moins élevés en névrosisme, en extraversion et en sociabilité. Les chercheurs ont interprété ces patterns comme suggérant que les utilisateurs de Facebook comme source d’information recherchent et partagent l’information comme un moyen d’éviter les sources les plus exigeantes sur le plan cognitif, telles que les articles de revues et les communiqués de presse. Les utilisateurs de Twitter, par contre, utilisent le site pour sa stimulation cognitive – comme un moyen de découvrir des informations utiles sans socialisation (ceci est particulièrement vrai pour les participants plus âgés).

Enfin, qu’en est-il de la préférence globale des gens pour Twitter ou Facebook ? Encore une fois, les gens qui ont obtenu les scores les plus élevés en « besoin de cognition » ont eu tendance à préférer Twitter, tandis que les personnes ayant des scores plus élevés en sociabilité, en névrosisme et en extraversion ont eu tendance à préférer Facebook. En simplifiant les résultats, on pourrait dire que Facebook est le plus social des deux sites, alors que Twitter est plus axé sur le partage et l’échange d’informations.

Ces résultats doivent être considérés avec prudence. L’échantillon était biaisé en faveur des jeunes femmes et les données étaient entièrement autorapportées. Néanmoins, les résultats suggèrent qu’il y a des différences significatives dans les profils de personnalité des personnes qui préfèrent Twitter vs. Facebook ainsi que quelques liens étonnants entre la personnalité et la façon dont les sites sont utilisés. « Des personnes différentes utilisent les mêmes sites à des fins différentes », ont déclaré les chercheurs.

Référence de l’article scientifique original :

  • Hughes, D., Rowe, M., Batey, M., and Lee, A. (2012). A tale of two sites: Twitter vs. Facebook and the personality predictors of social media usage. Computers in Human Behavior, 28(2), 561-569.
    [lien]
By |20/03/2012|Categories: Actualités|0 Comments

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.