Le cœur gouverne la tête quand nous prenons des décisions financières

Home/Actualités/Le cœur gouverne la tête quand nous prenons des décisions financières

Le cœur gouverne la tête quand nous prenons des décisions financières

Cet article est une traduction/adaptation française de l’article The heart rules the head when we make financial decisions publié sur le site PsyPost le 22 mai 2012 (trad. Kyung-Nan Jaumin).

Selon une étude récente, nos « tripes » influencent nos décisions, l’emportant sur les pensées « rationnelles », lorsque nous sommes confrontés à des offres financières que nous considérons comme injustes. Même lorsque nous sommes certains de faire du profit, notre réaction physique peut nous rendre plus susceptibles de rejeter une proposition financière que nous considérons comme injuste.

La recherche menée par une équipe de l’Université d’Exeter – la Medical Research Council Cognition et Brain Sciences Unit – et l’Université de Cambridge a été publiée le 22 mai 2012 dans la revue Cognitive, Affective, and Behavioural Neuroscience.

Cette recherche s’ajoute à des preuves grandissantes que notre corps peut parfois régir notre façon de penser et de ressentir, plutôt que l’inverse. Elle révèle également que les personnes qui sont davantage en harmonie avec leur corps sont plus susceptibles d’être dirigées par leurs « tripes ».

L’étude se base sur un test psychologique bien connu, le jeu de l’ultimatum. On a présenté à 51 participants une série d’offres financières, basées sur différentes manières de diviser 10 £. Les joueurs rejettent souvent les offres injustes dans ce jeu, même si elles conduisent à des pertes financières personnelles – une décision « irrationnelle » d’un point de vue économique.

Les chercheurs ont mesuré les réponses physiques des participants à chaque offre en enregistrant dans quelle mesure ils transpiraient du bout des doigts et à quel pont leur rythme cardiaque était modifié. L’exactitude avec laquelle les participants pouvaient « écouter » leurs corps a été mesurée par une tâche différente, en leur demandant de compter les battements de leur cœur et en comparant leur réponse à l’enregistrement réel de leur fréquence cardiaque. Les personnes qui ont montré une réponse physique plus importante aux offres injustes étaient plus susceptibles de les rejeter, mais c’était uniquement le cas si les elles avaient aussi pu correctement « écouter » ce que leur corps leur disait.

Les résultats montrent que les personnes qui ont une forte « réaction instinctive » et qui sont en harmonie avec leurs réactions physiques sont plus susceptibles de rejeter les offres financières injustes, même si cette décision entraîne des pertes personnelles.

Le chercheur en charge de l’étude, le Dr. Barney Dunn de l’Université d’Exeter, a déclaré : « Cette recherche soutient l’idée que ce qui se passe dans notre corps peut parfois façonner la façon dont nos esprits pensent et ressentent. Des phrases de tous les jours comme « Suivez votre cœur » et « Faites confiance à vos tripes » peuvent souvent, semble-t-il, s’avérer exactes ».

« Les êtres humains sont très sensibles à l’injustice, et nous sommes parfois obligés de mettre en balance les exigences du maintien de la justice et la préservation de notre propre intérêt économique. À une époque où les idées d’équité dans le secteur financier – des primes des banquiers aux modifications apportées aux régimes des pensions – sont largement débattues, il est important de reconnaître pourquoi certains individus se rebellent contre l’injustice perçue, alors que d’autres personnes sont prêtes à accepter le statu quo ».

Référence de l’article scientifique original :

  • Dunn, B., Evans, D., Makarova, D., White, J., & Clark, L. (in press). Gut feelings and the reaction to perceived inequity: The interplay between bodily responses, regulation, and perception shapes the rejection of unfair offers on the ultimatum game. Cognitive, Affective, & Behavioral Neuroscience.
    [lien]

 

By |15/06/2012|Categories: Actualités|0 Comments

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.