Une somnolence excessive peut être la cause de problèmes d’apprentissage, d’attention et de comportement à l’école

Home/Actualités/Une somnolence excessive peut être la cause de problèmes d’apprentissage, d’attention et de comportement à l’école

Une somnolence excessive peut être la cause de problèmes d’apprentissage, d’attention et de comportement à l’école

Cet article est une traduction/adaptation française de l’article Excessive sleepiness may be cause of learning, attention and school problems publié sur le site PsyPost le 2 mai 2012 (trad. Kyung-Nan Jaumin).

Une étude récente rapporte que les enfants qui ont des problèmes d’apprentissage, d’attention et de comportement pourraient souffrir d’une somnolence diurne excessive, même si les tests cliniques montrent qu’ils dorment suffisamment pendant la nuit.

Des chercheurs de l’Université d’État de Pennsylvanie ont étudié 508 enfants et ont constaté que ceux pour lesquels les parents rapportaient une somnolence diurne excessive (SDE) – malgré le peu d’indication de sommeil court selon les mesures habituelles – étaient plus susceptibles de connaître des problèmes d’apprentissage, d’attention/hyperactivité et de comportements que les enfants sans SDE.

Les coupables ? L’obésité, les symptômes d’inattention, la dépression et l’anxiété, l’asthme et les problèmes d’endormissement signalés par les parents se sont révélé contribuer à une SDE, même chez les enfants sans aucun signe de réduction du temps de sommeil ou d’apnée du sommeil.

« Les troubles du fonctionnement cognitif et comportemental causés pas une SDE peuvent avoir un impact grave sur le développement de l’enfant », a déclaré Susan Calhoun, PhD, première auteure de l’étude. « Lorsque les enfants sont envoyés en consultation pour des problèmes neurocomportementaux, ils devraient être évalués par rapport aux facteurs de risque potentiels de SDE. Reconnaître et traiter la SDE peut offrir de nouvelles stratégies pour aborder certains des défis neurocomportementaux les plus courants chez les jeunes enfants d’âge scolaire ».

Calhoun a déclaré que les chercheurs ont été surpris de constater que la plupart des enfants étudiés montraient peu de signes de sommeil court quand ils ont été testés, et que le sommeil court n’était associé à aucun des problèmes d’apprentissage, d’attention et de comportement. Elle a rapporté que les parents et les éducateurs constituent de bonnes ressources pour déterminer si un enfant semble trop somnolent durant la journée et que la plainte devrait être prise au sérieux. Des recherches antérieures ont montré une prévalence de SDE chez 15 % des enfants d’un échantillon de la population générale.

Référence de l’article scientifique original :

  • Calhoun, S. L., Vgontzas,  A. N., Fernandez-Mendoza, J., Mayes, S. D., Tsaoussoglou, M., Basta, M., & Bixler, E. O. (2011). Prevalence and risk factors of excessive daytime sleepiness in a community sample of young children: The role of obesity, asthma, anxiety/depression, and sleep. Sleep, 34(4), 503-507.
    [lien]
By |25/05/2012|Categories: Actualités|1 Comment

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

One Comment

  1. mag 31 mai 2012 at 2 h 22 min - Reply

    les enfants ki somnolent bcp deviennent hyperactifs, et ils somnolent (en étant entre autres hyperactifs) parce k’ils sont anxieux…. je choisis ds la panoplie certes, ms honnêtement ça a un sens??

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.