La fierté influence le racisme et l’homophobie

Home/Actualités/La fierté influence le racisme et l’homophobie

La fierté influence le racisme et l’homophobie

Cet article est une traduction/adaptation française de l’article Pride impacts racism and homophobia publié sur le site Machines Like Us le 12 avril 2012 (trad. Kyung-Nan Jaumin).

Une étude récente de l’université de la Colombie-Britannique montre que la façon dont les individus vivent l’émotion universelle de fierté influence directement le niveau racisme et d’homophobie de leurs attitudes envers les autres.

L’étude, publiée dans le numéro d’avril du Personality and Social Psychology Bulletin, offre de nouvelles perspectives dans la lutte contre les préjugés nuisibles tels que le racisme et l’homophobie et apporte un nouvel éclairage important sur la psychologie humaine.

« Ces études montrent que ce que nous ressentons envers nous-mêmes influence directement ce que nous ressentons envers les gens différents de nous », explique Claire Ashton-James, qui a dirigé l’étude comme chercheur post-doctorante au département de psychologie de l’université de la Colombie-Britannique. « Cela suggère que les préjugés nuisibles peuvent être beaucoup plus flexibles que ce que l’on croyait, et que la fierté arrogante peut aggraver les préjugés, alors qu’une fierté plus confiante et authentique peut contribuer à réduire le racisme et l’homophobie ».

Les résultats sont développés à partir des recherches du professeur de psychologie Jessica Tracy l’université de la Colombie-Britannique, co-auteur de l’étude, qui a précédemment montré qu’il existe deux types de fierté : la « fierté authentique », qui découle du travail et de la réussite, et la « fierté arrogante», qui résulte de l’atteinte d’un statut par des moyens moins authentiques tels que le pouvoir, la domination, l’argent ou le népotisme.

Dans cette nouvelle étude, Tracy et Ashton-James, nouveau professeur à l’université Libre d’Amsterdam, ont montré que la «fierté authentique » crée une confiance qui stimule l’empathie pour les autres qui, à son tour, réduit les préjugés à l’égard des groupes stigmatisés. En revanche, les sentiments de supériorité et d’arrogance qui résultent de la « fierté arrogante » réduisent l’empathie, exacerbant ainsi les préjugés des personnes à l’encontre des groupes stigmatisés.

Les chercheurs ont trouvé un lien direct entre la fierté et les préjugés aussi bien chez des participants incités à vivre les états de fierté « authentique » ou « arrogante » que chez ceux ayant des prédispositions à des formes particulières de fierté. Par exemple, ceux enclins à la « fierté arrogante » présentaient des niveaux plus élevés de racisme, alors que ceux enclins à la « fierté authentique » présentaient moins de racisme.

Dans la mesure où la fierté est une émotion centrale pour les personnes ayant du pouvoir ou un statut social élevé, les résultats peuvent améliorer de façon importante notre compréhension des attitudes des dirigeants politiques et économiques.

« Le type de fierté qu’un leader a tendance à ressentir peut en partie déterminer s’il ou elle soutient les membres de groupes minoritaires ou les ignore », explique Tracy.

L’étude a impliqué 1 400 participants au Canada et aux États-Unis.

Référence de l’article scientifique original :

  • Ashton-James, C. E., & Tracy, J. L. (2012). Pride and prejudice: How feelings about the self influence judgments of others Personality and Social Psychology Bulletin, 38(4), 466-476.
    [lien]
By |11/05/2012|Categories: Actualités|0 Comments

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.