L’intelligence est un meilleur prédicteur de la réussite professionnelle future que le statut socio-économique

Home/Actualités/L’intelligence est un meilleur prédicteur de la réussite professionnelle future que le statut socio-économique

L’intelligence est un meilleur prédicteur de la réussite professionnelle future que le statut socio-économique

Cet article est une traduction/adaptation française de l’article Intelligence Is More Accurate Predictor of Future Career Success Than Socioeconomic Background, Study Suggests publié sur le site ScienceDaily le 29 mars 2012 (trad. Kyung-Nan Jaumin).

La sagesse populaire nous dit que, dans le monde des affaires, « on est qui on connaît » – le statut social et les réseaux professionnels l’emportent sur le talent quand il s’agit de réussite professionnelle. Cependant, selon un chercheur de l’Université de Tel Aviv, avoir les bonnes relations permet seulement de mettre le pied dans la porte. Votre réussite vous appartient entièrement, dit le Professeur Yoav Ganzach de la Recanati School of Management de l’Université de Tel Aviv.

Lorsque l’intelligence et le statut socio-économique (SSE) sont comparés directement l’un à l’autre, l’intelligence est un indicateur plus précis de la réussite professionnelle future, affirme-t-il. Bien que les gens issus d’une famille riche ont tendance à démarrer plus haut dans la hiérarchie des salaires à l’entrée en fonction, la recherche du Professeur Ganzach a découvert une corrélation directe entre l’intelligence et une trajectoire de salaire à la hausse, définie comme le taux auquel un employé est récompensé par des augmentations de salaire.

Le Professeur Ganzach affirme que ces résultats, publiés dans la revue Intelligence, donnent un message positif à ceux qui ne peuvent pas compter sur le népotisme pour leurs premiers emplois. « Votre famille peut vous aider à lancer votre carrière et vous en tirez avantage, mais elle ne vous permet pas de progresser. Et une fois que vous commencez à travailler, vous pouvez aller partout où vos capacités vous mènent », dit-il.

Le QI influence le salaire

Pour son étude, le Professeur Ganzach a analysé les données de la National Longitudinal Survey of Youth ayant porté sur 12.868 américains entre 1979 et 2004. Les participants ont eu des entretiens annuels ou semestriels en relation avec les promotions et les revenus. De ce groupe, il a éliminé tous les participants qui avaient fait des études au-delà du secondaire, veillant à ce que l’intelligence et le SSE soient les seuls facteurs dans la comparaison.

L’intelligence a été calculée en utilisant les résultats de l’Armed Forces Qualifying Test de chaque participant, et le SSE a été calculé en se basant sur le niveau d’étude des parents, le revenu familial et la situation professionnelle des parents. En suivant les participants sur plus de 25 ans, du début jusqu’au milieu de leur carrière, il a été possible d’obtenir une vision exacte de l’influence de chaque facteur sur leur réussite économique, rapporte le Professeur Ganzach.

En tenant compte des taux d’avancement de chaque participant tout au long de la carrière, les données ont confirmé que, tandis que l’intelligence et le SSE influençaient tous les deux les salaires à l’entrée en fonction, seule l’intelligence avait une influence sur le rythme des augmentations de salaire au cours des années. Quand on regarde les taux de promotion, l’intelligence l’emporte sur le SSE en terme d’avancement de carrière.

La personnalité et le travail en équipe pourraient jouer un rôle

Une des limites de l’étude, explique le Professeur Ganzach, est qu’elle ne tient pas compte d’autres variables possibles, telles que la personnalité, les compétences sociales et la capacité à travailler en groupe – tous des facteurs qui influent sur la promotion. Des recherches ultérieures pourraient également s’intéresser à différentes mesures de la réussite, telles que la réussite professionnelle ou la satisfaction au travail, et examiner si ces résultats s’appliquent également aux employés avec des niveaux d’éducation différents, tels que les diplômés d’université.

Référence de l’article scientifique original :

  • Ganzach, Y. (2011). A dynamic analysis of the effects of intelligence and socioeconomic background on job-market success. Intelligence, 39(2-3), 120-129.
    [lien]
By |20/04/2012|Categories: Actualités|0 Comments

Share This Story, Choose Your Platform!

About the Author:

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.